Les Pastels

"Tous ces nuages aux formes fantastiques et lumineuses, ces ténèbres chaotiques, ces immensités vertes et roses (...), ces fournaises béantes, ces firmaments de satin noir ou violet, fripé, roulé ou déchiré, ces horizons en deuil ou ruisselants de métal fondu, toutes ces profondeurs, toutes ces splendeurs me montèrent au cerveau comme une boisson capiteuse ou comme l'éloquence de l'opium". (Extrait du compte-rendu de Charles Baudelaire pour le salon de 1859)

Révélés au public grâce à ce thème très poétique de Charles Baudelaire, les ciels de l'estuaire au pastel de Boudin sont des morceaux de paysage pur qui témoignent de l'observation de l'artiste pour l'étude de la lumière et le travail sur le motif.
Alexandre Dumas-fils, Constant Troyon, Camille Corot lui achètent ces petites oeuvres sur papier. Toutefois, Boudin semble abandonner cette technique à partir de 1870. Mais à la fin de sa vie, après 1883, il reprend les études de ciels sur de petits panneaux de bois, ciels nuageux et soleils couchants.

"Je vais me remettre aux ciels et chercher encore, chercher à lutter contre cette chose si difficile à aborder : la lumière." (lettre à Braquaval, 16 juin 1896)

Eugène Boudin a toujours aimé la technique du pastel, rapide et dense mais difficile à exécuter puisque sans possibilité de repentir. Après la mort du peintre, l'exposition rétrospective organisée à l'Ecole des beaux-arts, en janvier 1899, présente 72 pastels, 17 aquarelles et 337 peintures. La même année, la vente de l'atelier de Boudin compte encore 57 pastels et dessins au milieu des 125 tableaux et des 99 aquarelles. Il est donc évident que cette pratique du pastel est constante et qu'elle entretient un lien fort avec l'art de Boudin tout au long de sa carrière.

"Bien observer et tirer de la nature tout ce qu'il est possible d'en tirer. La lumière surtout ! Chercher son rayonnement, la fulguration, la condenser, la poursuivre dans sa chaleur." (Carnet de l'artiste, 1887)

En savoir plus. Catalogue : Les pastels, collections du musée Eugène Boudin, 19 €.
____________________

Légendes des illustrations (de haut en bas) : Nuages blancs, vers 1854-1859 ; Barque dans l'estuaire, vers 1854-1860 ; Nuages blancs, ciel bleu, vers 1854-1859. Crédit photographique : Henri Brauner.