Dubourg, Monet, Cals et Jongkind

Quatre noms, quatre artistes qui se sont croisés, aimés et qui ont laissé leur empreinte à Honfleur comme en témoignent les oeuvres que conserve le musée Eugène Boudin.

img4c04d89b27b75Louis-Alexandre Dubourg (1821-1891) : Dubourg a passé son existence à Honfleur si l'on excepte le temps de ses études à Paris. Outre les portraits et les natures mortes qu'il peint occasionnellement, c'est avec les paysages maritimes et les scènes de la vie quotidienne qu'il s'impose. Dubourg affectionne les scènes de marchés aux poissons, les marines, la nature. A ces thèmes s'ajoutent les vues de Honfleur. Il aime aussi la campagne et les travaux des champs. Ses portraits sont sobres et psychologiques. La lumière met en valeur les mains, le visage et le regard.
Comme son ami Boudin, Alexandre Dubourg a beaucoup dessiné et les musées de Honfleur conservent de lui plus de mille petits dessins au crayon, à l'aquarelle et au pastel en plus des nombreuses toiles que l'artiste à donné au musée Eugène Boudin qu'il a lui même fondé en 1868 et dont il sera le premier conservateur.

 Monet2Claude Monet (1840-1926) : C'est au Havre qu'Oscar-Claude Monet rencontre Eugène Boudin, son aîné de seize ans : "(...) j'avais compris, j'avais saisi ce que pouvait être la peinture par le seul exemple de cet artiste épris de son art, et d'indépendance, ma destinée de peintre s'était ouverte." En 1864, Monet est à Honfleur avec ses deux "maîtres", Eugène Boudin et Johan Barthold Jongkind. Il y revient en 1866-67. Tout au long de sa vie, il travaille par campagne de deux ou trois mois dans des lieux souvent situés en bordure de mer.

img4c0533f5abecfAdolphe-Félix Cals (1810-1880) : Cals nait à Paris dans une modeste famille. Peu attiré par la peinture d'histoire, il peint des paysages et des scènes intimistes, préférant les petis formats.
Après la guerre de 1870, Cals s'éloigne de la capitale et s'installe à Honfleur en 1873. Commence aux dires de l'artiste une période heureuse et sereine. Il se consacre à la peinture des paysages du port ou du bord de Seine et des scènes intimistes qu'il découvre au hasard des rues, dans les quartiers des pêcheurs. Il brosse de petits tableaux, reflets de ses impressions immédiates, colorées et atmosphériques.
La technique de Cals fut analysée par son contemporain, le peintre Gustave Colin (1828-1911) : "Cals n'est pas, à proprement parler un coloriste, bien qu'il ait la finesse du ton et la justesse dans l'harmonie..."

 img4c055aba11fcaJohan Barthold Jongkind (1819-1891) : Le peintre connaissait la Normandie depuis près de 20 années lorsqu'il prit pension à Honfleur en 1863. En effet, dès 1847, Jongkind visite la Normandie (le Havre) avec Eugène Isabey. Le voyage décisif a lieu en 1862 à Rouen et dans l'estuaire de la Seine où il rencontre Eugène Boudin et Claude Monet. La majorité de ses oeuvres composées à Honfleur sont datées des années 1863 à 1866. Neuf peintures du port de Honfleur ont des dates postérieures à ses voyages dans la ville. Ce sont alors des oeuvres souvenirs faites d'après des dessins anciens. Les sujets que le peintre hollandais traitent à Honfleur sont peu nombreux et identiques à ceux peints par ses amis, Boudin, Dubourg ou Monet : 42 peintures ont pour sujet les différents aspects du port et de l'avant-port. 

 

En savoir plus. Petits carnets du musée, Dubourg, Monet, Cals, Jongkind : 2 €

Légendes des illustrations (de haut en bas) : Alexandre Dubourg, jeune paysanne ; Claude Monet, Etretat, 1884 ; Adolphe-Félix Cals, Honfleur, l'ivrognesse ; Johan-Barthold Jongkind, le clocher Sainte-Catherine. Crédit photographique : Henri Brauner.