La ferme Saint-Siméon

Les rencontres à Saint-Siméon sont empreintes de bonhomie ainsi que le révèlent les témoignages de l'époque. Entre 1850 et 1875, vont se succéder les meilleurs artistes paysagistes du temps.

img4c04b87955d01L'auberge Saint-Siméon est un lieu de rencontre pour les artistes qui y trouvent un accueil aimable et des chambres à faibles prix. Ils profitent principalement d'une vue large sur l'estuaire et trouvent, des bords de Seine à Trouville, tous les motifs qu'ils recherchent tant à la campagne qu'à la mer. Depuis les années 1830, Honfleur est un lieu privilégié et les artistes viennent y admirer le panorama du haut des deux collines qui entourent la vieille ville. C'est autour de Boudin et de Dubourg, vers 1859-1867, que viendront s'établir pour une ou plusieurs saisons, Courbet, Monet, Jongkind dont le musée conserve plusieurs oeuvres.

 
img4c04bc31dd013Peintres, poètes et musiciens se succèdent dans cette ferme normande à pans de bois et toit de chaume, entourée d'arbres fruitiers. Une grande camaraderie et le même amour du métier les rassemblent. Boudin raconte :
"Passé une soirée fantastique avec Courbet et Schanne (...), ç'a été quelque fois beau. on a chanté, crié, tapagé, si bien que le jour nous a trouvé le verrre à la main."

img4c04c1cd63283

Les chambres de l'auberge gardent à l'époque des traces écrites ou peintes du séjour de ces artistes et de ces gens de lettres en quête d'oasis. Elles sont décorées à la craie, au charbon, à la mine de plomb, de portraits, caricatures, paysages ou poésies, exécutés selon l'humeur du jour.

La fermeture de l'auberge et l'absence de la bonne mère Toutain dispersera la colonie d'artistes qui se dirigera alors vers Deauville, Trouville, Dieppe ou Étretat.
En savoir plus. Catalogue du musée Eugène Boudin, 15 €.

 
____________________

Légendes des illustrations (de haut en bas) : Eugène Boudin, Buveurs sous les arbres devant la ferme Saint-Siméon ; Louis-Alexandre Dubourg, Le ramassage des pommes près de Honfleur (Saint-Siméon) ; Amédée Besnus, A Saint-Siméon. Crédit photographique : Henri Brauner.