Les thèmes 3/4

Le sauvetage en mer

img4dad5e1e307f7

Honfleur fut l'un des premiers ports français à se doter d'une organisation de sauvetage en mer. La station, en tant que structure autonome, est créée en 1857. Elle s'affilie à la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés fondée en 1865. Les sauveteurs à Honfleur sont tous bénévoles et volontaires, recrutés parmi les gens de mer, principalement des pêcheurs, qui recoivent une formation de secouriste. La station de Honfleur doit attendre 1885 pour être dotée d'un véritable canot de sauvetage capable de tenir correctement la mer par gros temps. En 1926, la société est dotée d'un canot à moteur, puis en 1954 d'un canot tout temps, le Fernand de Wegman . En 1987, une nouvelle unité rejoint la station de Honfleur, le Patron Dubarre et Corvic. Il est équipé de tous les appareils de navigation moderne. Depuis avril 1994, le relais a été pris par une vedette nouvelle génération de 1ère classe. Elle porte le nom de Notre-Dame du Port, désignation de la vierge dont la statue orne depuis le 17e siècle la niche située au-dessus du porche de la Lieutenance.

Le capitaine à bord

img4dad8bdedd3c6C'est d'abord un bon marin, qui a une large expérience de la mer et une formation en mathématiques, en hydrographie et en géographie. Il connait à fond son navire, de la cale aux huniers.
Cadran solaire, octant, quintant, longues-vues, écritoire, paire de petits pistolets à silex, évoquent la fonction de capitaine dans les collections du musée.

 

 

Artisanat et art populaire

img4dad8d0e4afd4Pendant les voyages au long cours, l'ennui est le principal adversaire à combattre. Trois types d'activités permettent au marin de "tuer" le temps : faire le récit d'histoires, pratiquer des jeux individuels, fabriquer de petits objets. Parmi les productions de cet artisanat marin figurent les "petits modèles" (petites maquettes de bateaux en matériaux frustres), les "dioramas" et les bateaux en bouteille.

 

Religiosité et pélerinage

img4dad92656a893L'actuel pèlerinage des marins à la chapelle de Grâce, le lundi de la Pentecôte est la manifestation la plus spectaculaire d'une religiosité qui a toujours fait une large place, à Honfleur, au culte marial. Toute une tradition orale relatant des sauvetages miraculeux a alimenté la dévotion des gens de mer dont la religiosité très superstitieuse se manifeste par l'offrance d'ex-voto (dessins naïfs représentant leur navire au prise avec la tempête, maquettes de bateaux ou plaques de marbre gravées en remerciement de la protection accordée par Notre-Dame et des voeux qui ont été exaucés).
Parmi les items évoquant ce thème, on retrouve au musée de la Marine une civière pour porter le pain bénit, une scène représentant la dévotion à Notre-Dame de Grâce et plusieurs gravures.

 

 

Légendes des illustrations, de haut en bas : André Hambourg, portrait du sauveteur René Gouley, huile sur toile ; deux longues-vues et quintant en laiton ; "Départ pour la pêche", terre cuite moulée et peinte, fin 19e ou début 20e siècle ; Notre-Dame de Grâce, Etoile de la mer, gravure, après 1850