Jean-François Doublet

img4dada7ce6cd3fCorsaire du roi, Jean-François Doublet (1655-1728) était le fils de l'apothicaire et armateur honfleurais François Doublet. A sept ans, il embarque pour son premier voyage comme passager clandestin sur le navire de son père. Pendant les neuf années qui suivent, il fait son apprentissage de marin sur les bancs de Terre Neuve. Il fait ensuite un voyage de traite entre le Sénégal et Basse-Terre comme deuxième pilote. Il participe à un voyage en droiture pour l'île de Sainte-Christophe et découvre à ses dépends la guerre de course qui reprend avec les débuts de la guerre de Hollande. Au cours des six années que dure le conflit, il participe à des expéditions sur des navires de course armés par des propriétaires privés mais en association avec la marine royale. Conformément à une pratique courante, les négociants financent l'armement de plusieurs navires de faible tonnage, mais également le recrutement des équipages et l'avitaillement des navires de guerre fournis par le Roi pour améliorer la force de frappe des escadres constituées pour la course.   

22 bateaux chargés de blé

img4dae967f50621En 1673, Jean Doublet est sous-lieutenant sur la frégate, la Vipère, de l'escadre de Pannetier qui s'empare de 22 bateaux chargés de blé sur les côtes de Norvège. Un an plus tard, il combat dans l'escadre de Jean Bart comme second lieutenant sur sa frégate de 40 canons, L'Alcyon, qui capture une flotte de 36 flutes hollandaises chargées de blé venant de Moscovie. Premier lieutenant sur une frégate de l'escadre de Pannetier, il participe à la capture de dix morutiers au large du Groenland. Entre 1674 et 1678, il complète sa formation dans une école d'hydrographie à Dieppe et reçoit un premier commandement sur une petite frégate, la Diligente, armée de 14 canons seulement. Il fait quelques prises de faible importance et subit de lourdes pertes au sein de son équipage.  

 

La guerre de course pendant la ligue d'Augsbourg (1689-1697)

En 1690, Jean Doublet se met au service du Roi comme commandant d'une barque de huit canons et 45 hommes d'équipages. Il obtient son brevet de lieutenant de frégate de sa Majesté. En 1691, il commande deux frégates du Roi de 30 canons chacune. Un an plus tard, il quitte le service du Roi, refusant de servir sous les ordres de Duguay-Trouin. En 1693, il s'empare d'un flûton chargé d'étoffes, toiles et mercerie qui rapporte 36 000 livres.
Pendant la guerre de succession d'Espagne de 1701 à 1713, il abandonne la course pour la traite négrière. Pendant les seize années de sa retraite, il vit dans l'aisance. Même si Jean Doublet n'a pas eu la notoriété des Jean Bart et Duguay-Trouin, il n'en a pas moins été un marin à la carrière remarquable, au sein du milieu des gens de mer confrontés aux difficultés et aux dangers du commerce et de la guerre maritime.

Pour en savoir plus : Catalogue, Musée de la Marine et de l'histoire de Honfleur, 13 €.