EXPOSITION HIVER-PRINTEMPS 2017

Les affiches touristiques normandes, 1890 -1930

C’est en 1983 que le musée, grâce au Fonds Régional d’Acquisition des Musées (FRAM) et à la Société des Amis du Musée Eugène   Boudin (SAMEB), a acheté une collection de 77 affiches touristiques normandes des années 1880 à 1950. Cette collection, qui vante les sites normands de Dieppe au Mont-Saint-Michel, en passant par Rouen, Les Andelys, Etretat, Pont-Audemer, Lisieux, Honfleur, Trouville, Deauville, Alençon, Coutances et Granville, a été régulièrement complétée pour atteindre en 2017 un total de 113 numéros.

Pal Cabourg 5 h de paris

Les affiches présentées ici, majoritairement imprimées entre la fin du 19e et le début du 20e siècle, sont destinées à assurer la promotion touristique de localités normandes.

L’utilisation de l’affiche n’est pas un fait nouveau à cette époque : dès l’essor de l’imprimerie occidentale, elle apparaît pour les autorités civiles et religieuses comme un moyen de diffusion de masse idéal pour les ordres et les informations (les placards), qui s’assortit bientôt d’un rôle de « journal mural » durant les périodes troublées (lois, jugements) puis de tribune politique, en particulier après la Révolution française. Depuis au moins le 18e siècle, elle peut jouer un rôle événementiel et servir à informer les populations de diverses cérémonies, compétitions, fêtes…

Mais l’essor en ce même 19e siècle du tourisme et la construction de lignes ferroviaires desservant les localités à visiter, vont conférer à l'affiche une nouvelle fonction : la promotion touristique. Elles sont donc commanditées par les compagnies de chemin de fer, de navigation ou les syndicats d’initiatives locaux. En vertu de la réglementation en vigueur depuis la Révolution sur les affiches n'émanant pas d’autorités publiques, certaines d'entre elles portent en outre le timbre fiscal qui atteste le paiement d'une taxe variant en fonction de leur taille, ainsi que la mention du lieu où elles doivent être placées.

Le développement de la lithographie puis de la chromolithographie (lithographie en   couleurs), ainsi que l'usage de presses rotatives vont de plus révolutionner la technique de l'affiche, en permettant l'utilisation, sur de grands formats, d'une variété de couleurs inconnues jusqu'alors sur ce support, donnant à l'art de l’affiche illustrée ses lettres de noblesse.

Illustration : Jean de PALEOLOGUE, dit PAL (1860 - 1942), « Cabourg, 5 h de Paris »